Bienvenue sur "Bruxelles-Bruxellons"

Bienvenue sur "Bruxelles-Bruxellons" et merci pour vos nombreuses visites venues de tous les coins du monde.
BRUXELLES D'ANTAN, D'AUJOURD'HUI ET DE DEMAIN
De coups de cœur en coups de gueule...l'histoire, le patrimoine, les anecdotes insolites, les petits secrets, les découvertes, les curiosités, les grands projets et les actualités qui rendent notre ville vivante, passionnante et attachante mais aussi parfois complètement surréaliste.

lundi 27 janvier 2014

Place et palais de la Bourse au fil du temps


Bruxelles - Place et Palais de la Bourse - Début du XXe siècle - Bruxelles-Bruxellons

Tout là haut, assis sur leurs petits nuages, l'architecte Léon-Pierre Suys et le bourgmestre Jules Anspach n'en croient pas leurs yeux.
Érigé entre 1869 et 1874 et conçu comme une sorte de temple  antique à la gloire du Dieu Finance et de l'expansion de la Belgique devenue la deuxième puissance industrielle moderne après l'Angleterre, l'imposant édifice de style éclectique a bel et bien perdu sa fonction première et s'est reconverti en lieu d'expositions.
Que voulez-vous, Chers Amis, en un siècle et demi, le monde des agents de change a bien changé ! Depuis 1996, les grandes salles bourdonnantes d'activités fébriles et survoltées où ils se rassemblaient sont définitivement reléguées aux oubliettes de l'histoire. Tout comme les  amoureux, ils échangent aujourd'hui par écrans d'ordinateurs interposés. Les bourgeois-boursicoteurs qui se pressaient dans les tavernes voisines pour discuter des meilleurs placements ont déserté les lieux depuis longtemps.

La vie d'une place au fil du temps
En quelques dates et petites histoires

Saut dans le lointain passé de Bruxelles
Que trouvait-on auparavant  à l'emplacement de ce temple de la finance, de l'industrie et du commerce florissant ?
Paradoxalement, un couvent de "moines mendiants".
1238
Douze ans après le décès de François d'Assise (1226 - Canonisé en 1228) , les "frères mineurs"  (Franciscains) sont les premiers à s'installer au cœur de notre ville. 
Rapidement appréciés et respectés pour leurs nombreuses activités sociales sur le terrain en faveur des habitants de la cité, ils attirent l'attention des Ducs de Brabant dont ils obtiennent le soutien et l'autorisation de bâtir un couvent.
A la fin du XIIIème siècle (1294), le Duc Jean 1er est d'ailleurs inhumé sous le cœur de leur église.

Bruxelles - Place et Palais de la Bourse - Couvent des Frères Récollets bâti sur un bras de la Senne à l'emplacement de l'actuelle Palais de la Bourse - Bruxelles-Bruxellons

1517
Après la scission de l'ordre des franciscains en 1517, le couvent est occupé par les "Récollets", une congrégation rattachée à l'ordre des "observants" qui, par opposition aux "conventuels", prône l'observance stricte des idéaux de pauvreté de Saint-François d'Assise. (Le nouveau pape François aurait aimé ça !). La suite de leur histoire est plutôt tumultueuse.
1579
Les guerres de religion entraînent la fermeture du couvent : le chœur de l'église gothique et le tombeau du Duc Jean 1er et de son épouse sont détruits.
XVIIe siècle
Sous la restauration catholique espagnole, le chœur de l'église est reconstruit en style baroque. Les Archiducs Albert et Isabelle y font ériger un monument funéraire en mémoire de la tombe disparue du Duc Jean 1er, ils apportent aussi leur soutien financier aux frères Récollets. La couvent est agrandi à plusieurs reprises pour atteindre une taille imposante. Il comporte une infirmerie, une école, une bibliothèque, une brasserie, une tonnellerie ainsi qu'un "hangar des tubes d'extincteurs" car les Frères Récollets faisaient aussi office de pompiers lors des incendies...
1695
Lors du terrifiant bombardement de Bruxelles par les troupes françaises de Louis XIV, les incendies endommagent sérieusement plusieurs bâtiments du couvent et détruisent la plus grande partie de ses archives.
1796...fin de l'histoire
Bien que patiemment reconstruit, le couvent des Récollets ne verra même pas l'aube du siècle suivant. Sous la domination du régime révolutionnaire français, après plus d'un demi-millénaire de présence au cœur de Bruxelles, les frères franciscains sont chassés de la ville, le couvent est fermé et leurs biens sont vendus puis démolis pour faire place à un nouveau quartier.


1800
Le Marché au Beurre s'installe à l'emplacement laissé vacant par la destruction de l'église du couvent (soit...à l'emplacement actuel de la Bourse).

Bruxelles - Place et Palais de la Bourse - Le Marché au Beurre s'est installé à l'emplacement de l'ancienne église du couvent des Récollets disparue - Bruxelles-Bruxellons

Bruxelles - Place et Palais de la Bourse - Le Marché au Beurre s'est installé à l'emplacement de l'ancienne église du couvent des Récollets disparue - Bruxelles-Bruxellons

Bruxelles - Place de la Bourse - La Senne à ciel ouvert à hauteur du Marché au Beurre qui  fera bientôt place au Palais de la Bourse - Bruxelles-Bruxellons

Suite aux importantes inondations de 1839 et 1850, les premiers débats d'idée pour solutionner le problème de la Senne voient le jour, A l'époque diverses tendances s'affrontent encore. Certains sont partisans de laisser la rivière à ciel ouvert mais d'en épurer les eaux en lui adjoignant des égouts placés sous les quais latéraux, d'aucuns préconisent de la détourner du centre en élargissant le bras extérieur (La Petite Senne). D'autres, convaincus que son épuration relève de l'utopie, pensent qu'il faut se résoudre à  la faire disparaître sous terre.

1865
Une commission d'étude "Ville-Province-Etat" est désignée et remet son premier rapport.

1866
Sur base d'un deuxième rapport, le projet de voûtement complet de la Senne  l'emporte finalement au conseil communal. Il a été soutenu avec force et conviction par le bourgmestre libéral Jules Anspach.
Il y voit l'opportunité de réaliser son vieux rêve:  transformer radicalement les quartiers du bas de la ville paupérisés et les revaloriser en réalisant une vaste opération immobilière susceptible d'attirer de nouveaux habitants issus de la bourgeoisie...ceux qui paient des impôts !. (*)
C'est indubitablement l'un des moments clef de notre histoire citadine moderne car, si on avait opté pour l'une des autres solutions envisagées au départ, le visage du Bruxelles d'aujourd'hui aurait été bien différent.

(*) Pour la p'tite histoire...
Un siècle plus tard, les bourgmestres successifs ont réalisé exactement l'inverse. En se faisant complice de l'avidité des promoteurs immobiliers, ils ont mené une politique urbanistique destructrice du patrimoine architectural qui a chassé la bourgeoisie vers les communes périphériques et largement contribué à paupériser le centre-ville.

Bruxelles - Place de la Bourse - Travaux de voûtement de la Senne entre 1867 et 1871 - Le chantier fera place au boulevard du Centre et le Marché au beurre sera bientôt remplacé par le Palais de la Bourse - Bruxelles-Bruxellons
Travaux de voûtement de la Senne à hauteur de ce qui deviendra le boulevard du Centre et la place de la Bourse
L'ancien Marché au Beurre est visible sur la droite.  Il laissera place au futur palais de la Bourse
Tout au fond, on distingue la silhouette de l'église de l'ancien couvent des Augustins (future place de Brouckère)

1867 - 1871

Le gigantesque chantier commence en février 1867 et se termine par la réouverture de l'écluse et une inauguration le 30 novembre 1871 : 4 années de travaux (un record pour l'époque) qui ne se sont pourtant pas déroulées sans susciter de nombreuses oppositions et polémiques. Les procédés utilisés pour l'expulsion des habitants et les faibles dédommagements octroyés pour les maisons détruites n'ont pas arrangé les choses. Quant à la compagnie anglaise initialement choisie pour exécuter le projet, elle dut finalement être évincée en cours de route suite à la révélation d'un gros scandale de détournement de fonds et à l'absence de toute adjudication publique préalable.
Dans la foulée des travaux de voûtement et de la disparition des quartiers populaires, c'est une nouvelle ville qui sort de terre tout au long des nouveaux boulevards du centre.
Désormais considéré comme insalubre, le vieux Marché au Beurre est l'un des derniers grands terrains disponibles et devient de facto l'endroit idéal pour construire ce Palais de la Bourse emblématique de la réussite industrielle et financière belge qui commence à s'imposer.
Selon le premier plan dessiné par l’architecte Léon-Pierre Suys, le bâtiment est implanté tout en largeur, le long du boulevard.
Le second projet retenu modifie l’orientation de l’édifice qui est finalement érigé perpendiculairement au boulevard et encadré de deux nouvelles rues.
Ce "détail" n'est pas sans importance car, si les fondations de la Bourse avait été implantées dans l'autre sens, cela aurait entraîné la disparition complète des derniers vestiges de l’ancien couvent des Récollets qui seront remis à jour bien des années plus tard. 
Les "précautions archéologiques" que l'on prend aujourd'hui lors de gros chantiers en sous sol n'étaient pas vraiment de mise  à la fin du XIXe siècle.

Place et palais de la Bourse - Bruxelles - 1885 - Les immeubles sur le côté droit de la Bourse ont été  construits en 1883 (rue Maus) - Bruxelles-Bruxellons
Les immeubles sur le côté droit du palais de la Bourse (rue Henri Maus) ont été construits en 1883

Place et palais de la Bourse - Boulevard du Centre (actuel boulevard Anspach) - Bruxelles - Entre 1886 et 1892 - Fin du XIXe siècle - Bruxelles-Bruxellons
Au bout du boulevard du Centre, l'église de l'ancien couvent des Augustins est toujours présente (démolie en 1893)
Les immeubles sur le côté gauche de la Bourse ont été construits en 1886 (rue de la Bourse)

Bruxelles - Palais  et place de la Bourse - Entre 1893 et 1900 -  Au bout du boulevard du Centre (actuel boulevard Anspach) on distingue la silhouette de l'hôtel Continental sur la place de Brouckère, avant l'incendie de 1901 qui détruisit sa toiture - Bruxelles-Bruxellons
Tout au fond,  on distingue la silhouette de l'hôtel Continental avant l'incendie de 1901 qui détruisit sa toiture 

1869 - 1874
En empruntant aux styles Néo-Renaissance, Renaissance italienne et Second Empire, l'architecte Léon-Pierre Suys, concepteur du voûtement de la Senne, veut  faire de ce "monument" l'œuvre maîtresse de sa carrière.
Le péristyle de la façade principale se compose de huit colonnes corinthiennes qui soutiennent un entablement orné d'une guirlande de fleurs et de fruits, symbole de l'abondance. Sur cet entablement repose le fronton triangulaire dans lequel est sculptée la Belgique, entourée de deux génies symbolisant le commerce et l'industrie.
Le grand escalier est gardé par deux grands lions. Version belge des célèbres "Bears & Bulls", le premier avec la tête levée symbolise la "hausse", le deuxième avec le dos courbé symbolise la "baisse", soit les deux tendances du marché des titres.
Placées dans des niches au pourtour du bâtiment, des sculptures d'hommes et de femmes, entourés d'objets symboliques, représentent la sidérurgie (le forgeron), l'agriculture, les sciences et les arts.


Place et palais de la Bourse - Bruxelles - Fin du XIXe siècle - Bruxelles-Bruxellons
C'était au temps où les trams étaient tirés par des chevaux et où les cercueils se déplaçaient sur une charrette à bras

Bruxelles - Place et Palais de la Bourse - Début des années 1900 - Bruxelles-Bruxellons
C'était au temps des hippomobiles et des toutes premières automobiles
C'était au temps où la bourgeoisie ne sortait pas en ville sans chapeaux et beaux habits


Pour doter son œuvre de la plus abondante ornementation décorative de l'époque, l'architecte ne lésine pas sur les moyens. Il fait appel à de nombreux sculpteurs renommés dont  les frères Jean-Joseph & Jacques Jacquet, Albert-Ernest Carrier-Belleuse, Antoine-Joseph Van Rasbourgh, Victor De Haen, Guillaume De Groote, Joseph Van Den Kerckhove, Egide Mélot...sans oublier la participation remarquée des jeunes artistes Auguste Rodin et Joseph Dillens. Ce dernier n'a alors que 23 ans mais il deviendra l'un des plus grands noms de la sculpture belge.
Entamée en octobre 1869, la construction du majestueux bâtiment s'étale sur un peu plus de quatre ans. Si une inauguration officielle anticipée a bien lieu le 27 décembre 1873 en présence du Roi Léopold II et de la Reine Marie-Henriette, les travaux ne sont pas complètement terminés et il faut attendre le deuxième trimestre de l'année suivante pour que les activités boursières puissent enfin s'y installer.

La petite erreur de l'architecte...
Tendre sous les outils des sculpteurs, la pierre utilisée pour sa construction s'avère trop fragile et il faut se résoudre à l'enduire de peinture pour la protéger, ce qui explique son changement d'apparence sur les vues anciennes.
Source : Bruxelles-Pentagone (Roel Jacobs)

On note la construction d'un étage supplémentaire en toiture réalisée dans les années 50
Les bus font leur apparition en complément des lignes de trams et les taxis sont encore jaunes (comme à New-York)

XXe siècle

Après avoir vu défiler les calèches, les brouettes des artisans, les charrettes à bras portant des cercueils et les trams tirés par des chevaux, le place de la Bourse voit apparaître les premières automobiles et les premiers tramways propulsés par l'électricité...

Passant au travers de deux guerres mondiales sans recevoir de bombes sur la tête, l'édifice résiste aussi aux secousses sismiques provoquées par la grande dépression bancaire et boursière de 1929.

Outre le grand café de la Bourse présent dès le début des années 1886, à l'angle de la rue de la Bourse et du boulevard Anspach (Voire illustrations anciennes ci-dessus)  de nombreux autres cafés et tavernes voient le jour pour accueillir les boursicoteurs, investisseurs et agents de change qui se pressent sur les lieux.
Deux d'entre eux ont su préserver leurs décors d'origine (1903 & 1909) et ils partagent un point commun : ils ont tous deux été aménagés dans des bâtiments construits de part et d'autre de la Bourse dans les années 1883-1886.

Liens vers les chroniques qui leur sont consacrées

FALSTAFF
Rue Henri Maus, 17/19 (Classé au patrimoine en 2000)


3 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci pour votre appréciation positive sur cette chronique consacrée à la Bourse qui va bientôt devenir le Temple des bières belges (lire l'autre article à ce sujet sur Bruxelles-Bruxellons)
      Je vous souhaite une heureuse et dynamique année 2016.
      Cordialement, bien à vous
      Jipé

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer

Vos commentaires, suggestions, précisions ou corrections éventuelles sont toujours les bienvenus et nous y répondons avec plaisir.